Ostéopathie

Qu’est-ce que c’est ?

 L’ostéopathie est une médecine qui a pour but la conservation et le rétablissement d’une mobilité optimale de toutes les structures anatomiques.

Comme toute discipline scientifique, elle est fondée sur des principes et concepts précis ; ses résultats son explicables et démontrables. Elle permet de soigner certaines pathologies grâc

Si l’ostéopathie pour humains a été importée des U.S.A. au début du 20ème siècle, l’ostéopathie pour animaux est beaucoup plus récente. L’homme, ayant constaté les bienfaits de cette médecine sur lui, a souhaité en faire profiter ses compagnons à 4 pattes.

L’ostéopathie pour animaux est en fait l’application des principes de base de l’ostéopathie humaine.

En France, c’est par l’intermédiaire des docteurs vétérinaires Dominique Giniaux et Françis Lizon que l’ostéopathie a commencé à faire parler d’elle dans les années 1970

Les chevaux, principalement  ceux de compétition, ont été les premiers à bénéficier de traitements ostéopathiques.   

 

 L’ostéopathie a ensuite été appliquée à d’autres animaux avec des résultats très positifs.

e à l’utilisation de techniques manuelles précises et sans prescription de médicaments, permettant d'agir aussi bien sur les structures osseuses et articulaire, musculaires, tendineuses ou encore viscérales.

 IMG 5007   IMG 4659  IMG 5015


L’ostéopathie est une façon de percevoir l’organisme dans son ensemble, elle ne s’occupe jamais de traiter un seul trouble ou de s’intéresser à un seul organe mais recherche les causes d’une pathologie dans l’ensemble du corps. C'est une médecine holistique.

 L’objectif de l’ostéopathe est de rechercher et de traiter le symptôme mais également toutes les causes entraînant l’apparition de ce symptôme, ainsi que ses conséquences.

Un bon état de santé correspond à un juste équilibre entre tous les systèmes du corps ; si cet équilibre est perturbé, le corps n’est plus apte à se protéger et se fragilise, facilitant l'apparition de problèmes divers. En conséquence, le corps cherche à fonctionner au mieux, à éviter la douleur en compensant et en s’adaptant.Par son travail, l’ostéopathe cherche à rétablir l'équilibre de base afin de permettre à l’organisme de fonctionner à nouveau normalement.

Sa priorité est de redonner de la mobilité aux structures ayant perdu leurs capacités initiales suite à un traumatisme ou une maladie.

 

 

Pour qui ?

 

 

 

Si l’ostéopathie pour humains a été importée des U.S.A. au début du 20ème siècle,
l’ostéopathie pour animaux est beaucoup plus récente.

L’homme, ayant constaté les bienfaits de cette médecine sur lui, a souhaité en faire
profiterses compagnons à 4 pattes.

L’ostéopathie pour animaux est en fait l’application des principes de base de
l’ostéopathie humaine.

En France, c’est par l’intermédiaire des docteurs vétérinaires Dominique Giniaux et
Françis Lizon que l’ostéopathie a commencé à faire parler d’elle dans les années 1970

Les chevaux, principalement  ceux de compétition, ont été les premiers à bénéficier
de traitements ostéopathiques.   

L’ostéopathie a ensuite été appliquée à d’autres animaux avec des résultats très positifs.

 Aujourd’hui, l’ostéopathie est pratiquée sur la majorité de nos mammifères domestiques :

 
  • chiens
  • chats
  • rongeurs
  • etc…

 

 
 

ainsi que les animaux de rente

  • chevaux,
  • vaches
  • chèvres
  • moutons
  • etc…

et certains oiseaux.

Quelques professionnels se sont également intéressés aux animaux de cirque ou de zoo avec lesquels ils travaillent, ainsi que les NAC (nouveaux animaux de compagnie) et certains reptiles.

L’ostéopathie est actuellement en pleine expansion.


Pourquoi ?

L’ostéopathie peut se montrer efficace dans de nombreuses situations avec comme objectif
principal la restauration de la mobilité des différentes structures de l’organisme.

Une diminution de la mobilité peut apparaître suite à diverses situations :

  • Chute, entorse et traumatisme
  • Animal soumis à un travail inadapté
  • Crispation suite à une expérience ou un traumatisme ancien
  • Jeune animal exagérément sollicité
  • Utilisation de matériel inadapté (collier, harnais, etc.)
  • Animal avec une mauvaise condition physique
  • Animal trop sollicité dans le cadre d’entraînements
  • Animal âgé
  • Intervention chirurgicale
  • Pathologies de type arthrose ou dysplasie

 

Si l’ostéopathe est souvent appelé pour des difficultés de locomotion dues à des
problèmes articulaires et/ou musculaires, il est aussi capable d’agir sur certains
problèmes viscéraux
(ex : diarrhée, vomissements).

Dans certaines situations, l’ostéopathe ne pourra pas travailler sur la zone lésée dans l’immédiat, au risque d’aggraver la lésion mais il peut agir sur les structures alentours afin de favoriser détente et vascularisation puis aider à restaurer la mobilité au niveau de la région lésée.                                                                                                                           

 

L’ostéopathe aura donc un rôle utile et important à jouer pour :

  • sauvegarder la mobilité générale de l’animal
  • favoriser la vascularisation des régions lésées
  • détendre les structures alentours
  • travailler sur les compensation
  • assurer un certain confort à l’animal.
  • Voici quelques exemples

  • L’animal boite
  • Il a des difficultés à se coucher et à se relever
  • Il peine à descendre et monter les escaliers
  • Il a de la difficulté à sauter
  • Il fait le « dos rond »
  • Il a des diarrhées chroniques
  • Il a des problèmes d’arthrose
  • Il a de la peine à tourner la tête d’un côté
  • Il a une dysplasie de hanche
  • Il a des difficultés à engager avec ses postérieurs
  • Il ne se déplace pas comme d’habitude
  • Il est âgé
  • Etc.

 

Si l’ostéopathie permet de traiter de nombreuses pathologies, elle n’a pas la prétention de tout soigner et connaît des limites.

La collaboration entre vétérinaires et ostéopathes est donc nécessaire pour optimiser la prise en charge
de l’animal et viser à son bien-être et à sa bonne santé !

 IMG 5015

Comment ?

L’ostéopathe n’a que trois outils :

  • ses mains qui lui permettent d'écouter, de diagnostiquer et de traiter.
  • des connaissances approfondies de l’anatomie et de la physiologie, ses capacités de réflexion et d’analyse
  • sa capacité d’observation et d’écoute

 

Il n’utilise aucun intermédiaire médical, outils ou médication et n’a aucun don. Sa capacité à
« sentir les choses » provient d’un important entraînement au niveau du toucher.
Sa palpation fine, sa capacité à « écouter les tissus » et les divers tests de mobilité vont lui
permettre de percevoir des dysfonctionnements et d’y remédier.

Outre un travail au niveau du toucher, l’ostéopathe a de grandes connaissances
anatomiques, il est à l’écoute de l’animal.

La connaissance approfondie de l’anatomie, la recherche et l’analyse des causes et des
conséquences, le raisonnement et la logique seront aussi essentiels pour l’ostéopathe que
la capacité à savoir exécuter telle ou telle technique de manipulation.

Le déroulement d’une visite ostéopathique suit un protocole précis.

L'ostéopathe commence par faire l'anamnèse, c'est-à-dire qu'il questionne et collecte des
informations concernant l'animal. Cette première approche est très importante et va influencer la suite de la consultation.

Après avoir pris des renseignements, l’ostéopathe exécute divers examens en statique et en
dynamique.

Viennent ensuite les « testings », forme de manipulations permettant de vérifier la mobilité des articulations et d’évaluer les limitations et restrictions de mouvements.

Suite à cet examen plus approfondi, l'ostéopathe va pouvoir poser un diagnostic.

Une fois les causes des restrictions localisées, l’ostéopathe va utiliser des techniques manuelles pour restaurer la mobilité des tissus puis vérifier les répercussions de celles-ci.

Suite au traitement ostéopathique, les animaux peuvent réagir de diverses manières.

En général :

  • amélioration et pas de troubles apparents.

Mais aussi :

  • amélioration très nette mais momentanée
  • aggravation des symptômes, toujours de courte durée
  • apparition de symptômes n’ayant apparemment rien à voir avec la pathologie initiale
  • pas de changement.

Après une consultation ostéopathique, il est nécessaire de laisser quelques jours à l’animal
pour qu’il puisse récupérer, retrouver son équilibre et s’habituer aux changements entraînés par les manipulations.

L’animal devra rester tranquille et en aucun cas être sollicité pour un entraînement ou une
compétition. Si ce n’est pas possible, l’ostéopathe doit être averti afin qu’il puisse adapter le traitement.

En fonction des manipulations faites, l’ostéopathe pourra donner un programme de rééducation :

  • promenade en laisse durant quelques jours
  • sorties courtes
  • pas d’entraînement
  • pas de jeux
  • exercices spécifiques
  • techniques de massage

IMG 5017

Rôle préventif

« Ce n’est pas parce qu’on ne voit rien qu’il n’y a rien »

Un suivi ostéopathique permet de déceler le problème avant l'apparition de la dysfonction.
En effet, grâce à son toucher très développé et ses connaissances, l’ostéopathe peut trouver
des dysfonctions ou des dérèglements qui ne se manifestent pas cliniquement. (ex : boiterie)

L’ostéopathie a donc un rôle préventif important. Un bilan ostéopathique régulier permettra
de déceler de petites lésions et d’y remédier rapidement empêchant ainsi la croissance
du problème et des compensations qui en découlent ou encore retarder l'évolution de certaines pathologies liées à la vieillesse par exemple.

L’ostéopathie a un rôle important à jouer auprès des animaux vieillissants. Des séances régulières seront un vrai plus pour son bien-être. Elles l'aideront à mieux supporter les problèmes liés au
processus de vieillesse.
Il n’est bien sûr pas possible de stopper le processus de vieillissement mais il est possible de :

  • ralentir son évolution
  • avoir une action positive sur certaines pathologies propres à la vieillesse
  • aider l’animal à garder une certaine mobilité malgré la dégénérescence des  tissus et des structures due au processus de vieillissement

Une visite régulière chez l’ostéopathe va aider votre animal à bien vivre sa vieillesse !

Pour un animal jeune, en bonne santé et sauf problème particulier, une séance annuelle est
utile pour faire un point, s'assurer que tout va bien et remédier aux petites dysfonctions qui ne
sont pas encore apparentes visuellement.